Licence Histoire

Présentation et objectifs

La formation donne à l'étudiant une culture historique, à la fois générale et approfondie, ainsi que la connaissance de la discipline, de ses sources et de ses méthodes.

 Elle apporte également à l’étudiant des connaissances fondamentales et une méthodologie propres à la discipline historique, tout en favorisant des ouvertures en direction des autres sciences humaines et sociales. Proposant un socle de connaissances équilibré entre les 4 périodes de l’histoire,  la formation développe en outre – grâce à plusieurs procédures de suivi personnalisé des étudiants – des compétences intellectuelles essentielles à une solide insertion socio-professionnelle

La licence permet d’acquérir des outils utiles en matière de recherche, de traitement de la documentation et de l’information et participe à la formation du citoyen, ouvert sur l’Europe et le monde et à la compréhension des grands enjeux contemporains.

Un apprentissage progressif
Le département d’histoire de Grenoble propose un apprentissage progressif pendant les 3 années de la licence d’histoire.

  • Une étape de découverte de deux disciplines en L1 : Histoire / Géographie avec des enseignements centrés principalement sur l’histoire et des enseignements dispensés dans la discipline complémentaire, la géographie.

Ce parcours permet à ceux qui hésitent entre deux disciplines, de les «tester» pendant un semestre ou un an. Il donne également la possibilité aux étudiants qui le souhaiteraient de se réorienter, au second semestre de la première année ou en deuxième année vers la licence de géographie.
En L2 d’histoire, les étudiants consolident les bases acquises l’année précédente et en L3, ils les approfondissent. A partir de la deuxième année, les étudiants peuvent par leur choix dans les enseignements fondamentaux et dans les options infléchir et personnaliser leur projet d’études.

Quatre orientations sont suggérées :

  • L’orientation « Enseignement » intéresse les étudiants qui se destinent au concours de l’enseignement et à la recherche en histoire.
  • L’orientation « Archives, documentation, patrimoine, archéologie » propose des UE optionnelles dans le domaine de l’histoire culturelle mais aussi des UE à caractère plus technique (histoire du livre, archéologie). Les options proposées en sciences humaines (histoire de l’art, philosophie) consolident la culture générale. Les stages sont organisés de préférence en archives, bibliothèque, maison d’édition, musée ou dans des établissements, publics ou privés, à vocation culturelle.
  • L’orientation « Vie publique et relations internationales » s’adresse aux étudiants qui se destinent aux carrières de l’administration, aux métiers de la fonction publique. Elle permet d’armer les étudiants en vue de la préparation de concours ou de les former à la de recherche dans ce domaine. Des options permettent une ouverture vers le droit, l’économie, la sociologie ou l’histoire des relations internationales.
  • L’orientation « Économie-Espace-Environnement » permet de diversifier les débouchés possibles en donnant une double dimension, à la fois historique et géographique plus marquée : fonction publique territoriale, école de commerce : Master IAE (Institut d’Administration des Entreprises), aménagement, urbanisme, Master recherche...

Ces orientations sont indicatives ; elles n’ont aucun caractère contraignant mais tiennent compte de possibles débouchés professionnels. Les étudiants peuvent aussi se construire un parcours personnel.

Présentation

Présentation

Compétences visées

Compétences : - Repérer une progression chronologique et une problématique historique ; replacer les événements et les processus historiques sur une longue durée et dans une perspective comparatiste. - Mobiliser des concepts scientifiques propres à chaque branche de la recherche historique : histoire économique, sociale, culturelle, histoire du genre, histoire des sciences et des techniques, historiographie... - Rassembler, mettre en forme et analyser l’information historique au sein de documents de diverses natures (écrits, inventaires d’archives, iconographie, architecture, statistiques…). - Analyser des documents écrits, oraux, audiovisuels, archéologiques et/ou matériels - Analyser et synthétiser des données en vue de leur exploitation. - Développer une argumentation avec esprit critique. - Se servir aisément des différents registres d’expression écrite et orale de la langue française. - Réaliser des exposés devant un groupe de façon claire et ordonnée - Comprendre au moins une langue étrangère et s’exprimer aisément à l’oral et à l’écrit dans cette langue - Constituer des bibliographies - Identifier et situer les champs professionnels potentiellement en relation avec les acquis de la mention ainsi que les parcours possibles pour y accéder.

Partenariats:
Etablissement(s) partenaire(s)
Laboratoire(s) partenaire(s)

Programme

Programme

Stages, projets et missions

Stage obligatoire en L2 ou en L3
Deux semaines minimum 



Admission

Admission

Conditions d’admission

La première année de licence est accessible :
- de droit aux candidats titulaires du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent reconnu par l'université (capacité en droit, DAEU…)
- ou bien sur dossier via une validation d’acquis ou d’études selon les conditions déterminées par l’université ou la formation
- elle est également accessible aux candidats étrangers domiciliés hors UE (procédure de demande d’admission préalable).
La deuxième année et la troisième année sont accessibles :
- de droit aux étudiants titulaires de 60 ou 120 crédits obtenus dans ce même cursus
- ou bien sur dossier via une validation d’acquis ou d’études selon les conditions déterminées par l’université ou la formation

Public formation continue :

Vous relevez de la formation continue :

  • si vous reprenez vos études après 2 ans d'interruption d'études,
  • ou si vous suiviez une formation sous le régime formation continue l’une des 2 années précédentes
  • ou si vous êtes salarié, demandeur d'emploi, travailleur indépendant.

Si vous n'avez pas le diplôme requis pour intégrer la formation, vous pouvez entreprendre une démarche de validation des acquis personnels et professionnels (VAPP).

Pour plus d'informations, consultez la page web de la Direction de la formation continue et de l’apprentissage

Candidature

Vous souhaitez candidater et vous inscrire ?
Laissez-vous guider simplement en suivant ce lien : http://www.univ-grenoble-alpes.fr/fr/grandes-missions/formation/candidatures-et-inscriptions/

 

Pré-requis

Niveau requis :

  • être titulaire d'un BAC ou d'un diplôme de niveau équivalent

ou 

  • pour les non bacheliers, avoir une expérience et des compétences acquises reconnues par la commission pédagogique (dans le cadre  d'une VAPP - Validation des acquis personnels et professionnels), mais aussi un public plus large intéressé par souci professionnel (enseignants, métiers du tourisme et du patrimoine, etc) ou par curiosité personnelle. 

Et après ?

Et après ?

Poursuite d'études

Selon son projet, après l'obtention de sa licence, l'étudiant pourra se diriger vers un master professionnel ou de recherche dans le domaine de l'histoire ou un autre domaine qui correspondra à son projet professionnel : sciences politiques, relations internationales, métiers des bibliothèques... Il pourra, après sa 2e année de licence, rejoindre une licence professionnelle ou une année spéciale de DUT (filières sélectives) s'il préfère opter pour des études courtes.

Secteurs d'activité

Avec une formation adaptée à laquelle peut donner accès la licence d'histoire, les secteurs d'emploi envisageables sont :

  • L'enseignement : il représente le premier débouché de la filière histoire, mais il est loin d'absorber toutes les vocations. Les concours d'entrée à ces métiers restent assez sélectifs, d'où l'importance d'une bonne préparation.
  • Le journalisme : de nombreux étudiants en histoire se lancent dans le journalisme, l'idéal étant de passer par un master spécialisé dans ce domaine ou de tenter le concours d'une des douze écoles reconnues par la profession.
  • Les métiers du patrimoine et de la culture : ils représentent des débouchés naturels pour les étudiants d'histoire : musées, archives, services culturels... ce qui nécessite en général de passer par des concours de la fonction publique.
  • Les métiers du livre, avec les métiers des bibliothèques, de la documentation ou de l'édition.
  • L'action internationale avec les métiers de l'humanitaire, de la coopération culturelle, de l'action diplomatique, de la fonction publique européenne peuvent être envisagés après un master ou un concours des Instituts d'études politiques (IEP).